D’ordre et de couleurs

La musique est souvent né dans le prolongement d’une relative solitude, sur les temps longs où s’équilibrent les pensées et les émotions, le réel et l’imaginaire. Du reste, je n’ai jamais su si la musique relevait de l’Éphémère ou de l’Éternel. Cette indétermination fonde jusqu’à aujourd’hui l’unité de mon travail.

Ensembles à vents, ensembles à cordes, ensembles vocaux, ensembles mixtes et composites : projet après projet, l’artisanat du timbre fait volontiers écho à l’imaginaire poétique. J’ai voyagé à la croisée de divers héritages, du souvenir d’une lointaine ‘Ecole Française’ jusqu’aux spectraux.

A l’instar d’une langue, le son est une matière vivante, un organe dialectique à épaisseurs multiples qui contient sa propre expression du mouvement. En outre, dans l’espace polyphonique où se fabrique l’expérience des couleurs et des dynamiques, le son apparaît comme un trait d’union spirituel entre l’âme et l’au-delà, à même d’accompagner les flux et reflux de la mémoire, dévoilant, autant que possible, un peu de l’invisible qui entoure les réalités du monde. Ainsi, la grammaire musicale qui me touche est-elle faite de nuances de teintes et de dégradés de chaleur. Elle révèle un espace musical où la texture se veut pleine, comme contondante, en équilibre entre harmonie et dysharmonie.


Parcours, CV et éléments biographiques en cliquant ici


Administration